Mercredi , 17 septembre 2014
Accueil > Économie > Jusqu’où peut monter le Thai baht ?

Jusqu’où peut monter le Thai baht ?

28 baht pour un dollar ou 37 bath pour un euro : la hausse du Thaï baht commence à devenir un problème pour les exportateurs thaïlandais et certains secteurs du tourisme. Pour les expatriés qui vivent en Thaïlande avec un salaire ou une retraite payée en euros, la perte de pouvoir d’achat dépasse les 20% par rapport au cours moyen des deux précédentes années.

La semaine dernière, le baht a atteint un plus haut de 16 ans de 28,71 baht par dollar, gagnant 2  % depuis le mois de mars selon les données de la BOT, soit une augmentation de 6 % depuis la fin de l’année dernière. A ce jour, la monnaie thaïlandaise a gagné 6,40 % par rapport au yen japonais, atteignant 29,26 pour 100 yens.

La hausse du Thaï baht

La hausse du Thaï baht commence à devenir un problème pour les exportateurs thaïlandais et certains secteurs du tourisme.

La Banque de Thaïlande (BOT) est confrontée à une pression croissante pour réduire son taux directeur : une baisse souhaitée à la fois par le gouvernement et les exportateurs comme une solution rapide à la poursuite de l’appréciation du baht.

Olarn Chaipravat, le président de la Thai Trade Representative a déclaré que les agences concernées doivent s’attaquer de toute urgence à la hausse du baht, qui a gagné environ 6 % sur les monnaies des principaux partenaires et concurrents commerciaux de la Thaïlande. Le yuan chinois s’est apprécié de seulement 2 % par rapport au dollar, tandis que le yen s’est déprécié de 20 %.

C’est le Gouverneur de la  BOT Prasarn Trairatvorakul qui préside le Comité de politique monétaire de la Banque de Thaïlande, qui est chargé de fixer le taux d’intérêt de base de rémunération du Thai baht. Prasarn lui-même a reconnu que le baht progresse bien au-dessus de ses fondamentaux, mais n’a pas précisé ou mentionné des mesures pour contenir l’appréciation. Une baisse de taux serait de nature à diminuer l’écart entre les taux européens et américains (0.5%) et le taux de la Thaïlande (2.75%).

La vérité c’est que le baht n’est pas près de baisser dans un futur proche : les capitaux affluent en Thaïlande en raison de la crise qui touche l’Europe et les États Unis. Le bas niveau des taux d’intérêt dans les pays développés siphonne d’importants volumes de capitaux en direction de l’Asie, où les devises tendent en conséquence à s’apprécier. En Europe les taux ont peu de chance de remonter : la BCE mène une politique de taux (quasi) nuls et n’a pas de raison de changer car on voit mal comment l’inflation pourrait évoluer au-dessus de 2%, qui est la cible de la BCE. A Francfort, on redoute plus une inflation trop faible que trop élevée. Il semble que la BCE ne répétera pas l’erreur de 2011 consistant à relever ses taux dès les premiers signes de stabilisation économique.

7,3 milliards de dollars de capitaux ont afflué en Thaïlande depuis le début de l’année

Selon le dernier rapport de Oxford Business Group, les marchés financiers en Thaïlande connaissent une hausse exceptionnelle des niveaux de flux de capitaux entrants, attirés par la bonne performance de l’économie thaïlandaise et une période de stabilité politique. Cependant, ce flot de financement pourrait provoquer une surchauffe, et créer des bulles dans certains segments, comme les marchés boursiers et immobiliers.

À la mi-mars, plus de 7,3 milliards de dollars ont afflué dans le marché obligataire Thai, selon un rapport publié par la banque d’investissement de BNP Paribas. Une vente aux enchères d’obligations a récemment été souscrite trois fois au-dessus du volume offert, avec plus de la moitié des offres venant de l’étranger.

Selon la Banque de Thaïlande (BoT), plus de 15% des obligations d’État sont désormais détenus par des investisseurs étrangers.

Les facteurs externes jouent également un rôle dans le flot croissant des capitaux en provenance de l’étranger. Prasarn Trairatvorakul, le gouverneur de la BoT, a cité l’incertitude des investisseurs sur des élections générales en  Malaisie et le déficit du compte courant de l’Indonésie en tant que motifs possibles de l’attrait des obligations thaïlandaises.

Un flux de capitaux qui a contribué à faire monter la valeur du baht

La hausse continue de la monnaie de la Thaïlande, qui a gagné plus de 3% par rapport au dollar jusqu’à présent en 2013, pourrait avoir un impact sur les exportations si la tendance se poursuit.

Au moins pour le moment, la BoT a indiqué qu’elle n’avait pas l’intention d’intervenir pour faire baisser le baht. À la mi-mars, Prasarn a déclaré que l’appréciation du baht était le résultat de la force de l’économie nationale, pas d’une surchauffe ou d’une bulle.

Kittiratt Na Ranong, le ministre des Finances, a déclaré que les marchés financiers, pour le moment au moins, devaient être laissés à eux-mêmes, car la micro-gestion pourraient avoir un effet négatif sur l’économie à plus long terme.

« Nous n’avons pas pensé à utiliser des stratégies artificielle pour empêcher le baht de se renforcer, seulement des mesures normales, telles que les mesures fiscales, la planification des investissements et la politique de direction d’intérêt du comité de politique monétaire », a t-il déclaré le 20 mars.

Aujourd’hui le baht flotte librement sur le marché des changes et son appréciation est le résultat des mécanismes de marché, pas d’une décision gouvernementale.

Charl Kengchon, directeur général du Centre de recherche Kasikorn (KResearch), estime qu’il n’y a pas de signe d’une bulle sur le marché immobilier, mais que certains endroits sont en proie à une offre excédentaire.

Le marché boursier a également beaucoup monté depuis la crise économique mondiale, avec un SET autour de 1600 points, soit quatre fois sa valeur en 2009. Encore une fois, la stabilité politique, une augmentation des investissements publics – notamment dans les infrastructures pour soutenir l’économie – et l’expansion du PIB ont tous soutenu la performance de la bourse de Thaïlande.

En conséquence, au début du mois de mars, l’agence de notation Fitch a relevé à long terme la note d’émetteur de la Thaïlande à « BBB + ». La mise à jour est venu quatre ans après que Fitch a abaissé sa recommandation sur Thaïlande, lorsque le gouvernement de Abhisit Vejjajiva avait imposé l’état d’urgence à la suite des manifestations violentes de l’opposition.

C’est l’absence prolongée de troubles politiques et sociaux, avec une solide croissance économique, qui a entraîné la mise à niveau de Fitch,selon un communiqué publié le 8 mars par l’agence de notation, précisant que le pays était bien plus résistant aux chocs extérieurs que par le passé .

Bien qu’il existe des préoccupations sur une éventuelle surchauffe de l’économie et des marchés de capitaux, aussi longtemps que le gouvernement peut maintenir le climat de stabilité politique et sociale qui a prévalu au cours des dernières années, les prévisions devrait rester positive.

 

A propos de Olivier Languepin

Journaliste à thailande-fr.com, vis à Bangkok depuis cinq ans. Plus d'info
  • Eddy

    Le 08/08/2013
    1euros =41,88 nous sommes loin des 37 euros encore du bla bla pour rien comme dab………

  • Pingback: Thaïlande et Philippines en tête des fonds émergents - bourse - thailande-fr

  • Philip

    L’auteur aurait-il oublié que les derniers événements de contestations politiques de la rue, ne datent que de quelques années. Si pour le moment, la situation reste calme, quid lors des prochaines élections, qui auront lieu sans doute dans trois ans.
    Les secteurs souffrent, comme l’exportation, le tourisme, les retraités occidentaux, mais puisque la bourse se tient plutôt bien, rien ne changera, dans un avenir proche, sachant que la finance commande tout.

  • NPP

    Bonjour,
    reste à savoir si c’est le bath qui monte vraiment fort ou plutôt le dollar, le yen et l’euro qui baissent (sachant que les 2 premiers sont énormément imprimés). Ces monnaies se sont aussi dépréciés en LAK (kip laotien). Il doit y avoir un double effet, d’un côté des économies « naissantes » qui engraissent (car elles ont de la marge) qui n’impriment pas à tour de bras, et de l’autre, des économies gavées, qui utilise beaucoup la photocopieuse.
    Cordialement,
    un lecteur

    • solette

      npp tu as tout dit!