Mardi , 25 novembre 2014
Accueil > Assurance Programme Vacances Travail (PVT), Assurance Visa Vacances Travail

Assurance Programme Vacances Travail (PVT), Assurance Visa Vacances Travail

Vous avez entre 18 et 30 ans et vous rêvez d’une immersion prolongée à l’étranger ? Le programme vacances-travail est fait pour vous ! Le programme vacances-travail (PVT), est un dispositif qui offre à tous les jeunes Français la possibilité de s’expatrier pendant un an à la découverte d’un pays étranger, tant sur le plan culturel que professionnel, grâce à une délivrance de visa simplifiée.

La France a déjà signé des accords avec 6 pays : le Canada, le Japon, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Corée du Sud et l’Argentine. Elle souhaite à présent étendre ce dispositif, dont près de 30 000 jeunes Français ont bénéficié en 2009, à des pays répartis dans toutes les régions du globe, grâce à la signature de nouveaux accords.

Assurance Programme Vacances Travail

Dans la plupart des cas une assurance est obligatoire et  il est conseillé de souscrire une Assurance Programme Vacances Travail (PVT) avant votre départ.

[iframe src= »http://comparateur.aoc-insurancebroker.com/index.php?display=solution&cli=7&type_filtre=1&zone_filtre=4&duree_filtre=6&lg=fr » width= »100% » height= »800″]

Depuis sa mise en œuvre, le dispositif vacances-travail a connu un succès croissant : ainsi en 2009, plus de 28 000 jeunes Français ont pu partir en PVT dans l’un des 6 pays partenaires et plus de 2 500 ressortissants des ces derniers ont été accueillis en France la même année.

La France a déjà signé des accords vacances-travail avec 6 pays :

  •  le Japon (1999)
  • la Nouvelle-Zélande (1999)
  • le Canada (2003)
  • l’Australie (2004)
  • la Corée du Sud (2008)
  • l’Argentine (2011)

Le Programme ou Visa vacances  travail

Ce visa permet aux ressortissants des deux Etats de séjourner, à titre individuel, dans l’autre Etat signataire afin d’y passer des vacances, tout en y exerçant un métier pour compléter leurs moyens financiers. La demande de visa doit être faite auprès de la représentation diplomatique ou consulaire en France du pays d’accueil.

Le visa à entrées multiples qui vous sera délivré est valable un an. Vous disposez ensuite d’un délai de 12mois pour entrer dans le pays d’accueil. La durée du séjour ne doit pas excéder un an à compter de la date d’entrée dans le pays, sans possibilité de prolongation. Il n’est, en principe, pas possible de changer de statut pendant la durée du séjour. A votre arrivée, un permis de travail vous sera établi. La durée d’emploi chez un même employeur peut-être limitée. Vous ne pourrez pas bénéficier du système de protection sociale (chômage, maladie, etc.) du pays d’accueil.

A l’exception de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande qui n’imposent plus de quota pour les Français, le nombre de participants à ce programme est limité et fixé chaque année entre les pays participants. En 2010, ces quotas s’élèvent à 7000 pour le Canada, 2 000 pour la Corée, 1 500 pour le Japon.

Les conditions pour obtenir un visa vacances travail

  1. Ne pas avoir déjà bénéficié de ce programme dans le pays en question. Exception à cette règle : depuis le 1er novembre 2005, les bénéficiaires d’un premier visa  » vacances – travail  » et qui ont fait au moins 3 mois de récoltes saisonniers dans certaines régions d’Australie peuvent solliciter un deuxième visa de ce type
  2. Être âgé de 18 et 30 ans révolus à la date du dépôt de la demande de visa (35 ans pour le Canada) ;
  3. Ne pas être accompagné d’enfants à charge ;
  4. Être titulaire d’un passeport français en cours de validité ;
  5. Être en possession d’un billet de retour ou de ressources suffisantes pour acheter un billet de retour ;
  6. Disposer de ressources financières nécessaires pour subvenir aux besoins au début du séjour. Le montant minimal des ressources est fixé chaque année par les États signataires. (en 2010, le montant minimal des ressources par pays est fixé à : Australie – 3610* euros/5000 dollars australiens ; Canada – 2100 euros ; Corée du Sud – 2500 euros ; Japon – 2700 euros ; Nouvelle-Zélande – 2380* euros/4200 dollars néo-zélandais) (* taux de change au 8/09/2010) ;
  7. Le cas échéant, fournir une lettre de motivation, voire un curriculum vitae ;
  8. Le cas échéant, présenter un certificat médical et un casier judiciaire vierge ;
  9. Justifier de la possession d’une assurance privée couvrant tous les risques liés à la maladie, la maternité, l’invalidité, l’hospitalisation et le rapatriement pour la durée du séjour.