Jeudi , 27 novembre 2014
Accueil > ASEAN > L’industrie du rail en Thaïlande: des perspectives malgré l’offensive chinoise

L’industrie du rail en Thaïlande: des perspectives malgré l’offensive chinoise

L’ASEAN dispose d’un réseau ferroviaire étendu datant globalement de l’époque coloniale. Faute d’entretien, ce réseau accuse toutefois, à l’exception de la Malaisie, un retard alarmant.

Sous-exploité à la fois pour le transport de passagers et le fret, le rail constitue ainsi l’un des volets de la politique de connectivité régionale portée, encore timidement cependant, par l’ASEAN. Dans ce contexte, si les entreprises françaises occupent des positions limitées, dans un environnement très concurrentiel dominé par la Chine, des opportunités restent à saisir.

greatermekongcorridors

Les couloirs économiques de la région du Mékong

 

Après avoir délaissé son réseau ferroviaire au profit d’autres modes de transport pendant 60 ans, la Thaïlande a adopté un plan de réforme des chemins de fer sur la période 2010-2014, comprenant un volet investissement dans les projets de rénovation du réseau et un volet modernisation du parc de matériel roulant, pour un montant total de 6 Mds USD, avec l’ambition de devenir une plateforme logistique régionale.

Le projet de LGV Bangkok-Chiang Mai

En Thaïlande, le projet de LGV Bangkok-Chiang Mai a fait l’objet d’un accord entre le vice-Président chinois et le Premier ministre en décembre 2011. Le projet de LGV de 620 km vers le Laos, qui avait fait l’objet d’un prêt de 400 M USD de la Chine, a été suspendu au profit des lignes nationales jugées prioritaires. Les autorités ont tout de même retenu tout récemment le système chinois pour la grande vitesse, donnant un signal clair en faveur de la technologie chinoise (Hexie Hao system).

La Thaïlande accueille également des entreprises performantes, notamment sur les travaux de génie civil. Le Japon est présent sur plusieurs projets, via la JICA, et a annoncé le financement du projet de réhabilitation des 600 km de voies entre Rangoon et Mandalay, avec des voitures venant d’Inde et de Chine, et finance également le doublement de la ligne indonésienne Trans-Java Sud (via la JICA).

Un financement de 228 M USD a du reste été finalisé pour la ligne Manggarai-Cikarang. La présence japonaise est beaucoup plus forte sur le secteur du transport urbain. Enfin, la Corée reste présente sur les projets de grande vitesse, et suit en particulier le projet de LGV entre Bangkok et Chiang Mai.

Extrait de L’industrie du rail longue distance en ASEAN Télécharger le document (L’industrie du rail longue distance en ASEAN )

La Thaïlande entend bien jouer un rôle central dans le futur marché commun des dix pays de l’Asean qui doit se mettre en place progressivement à partir de 2015. Un programme massif d’investissements est prévu dans les infrastructures pour les sept prochaines années dans le but d’améliorer la connectivité régionale et de la compétitivité du royaume.

Le gouvernement a présenté 55 projets d’une valeur Bt2.27trn (76.2 milliards de dollars $) qui sera exécuté d’ici 2020 , avec un plan du gouvernement en matière de développement à long terme. Les nouveaux investissements visent à positionner la Thaïlande dans une position favorable compte tenu du développement régional, notamment la libéralisation dans les pays voisins comme le Myanmar, et la dans le cadre de la mise en place de la Communauté économique de l’ASEAN (AEC).

A propos de Redaction

La rédaction de thailande-fr est intallée à Bangkok depuis 2007. Elle comprend un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires en provenance d'écoles de journalisme et de communication.