Plus de trois ans après les émeutes du printemps 2010, le spectre de la violence politique hante à nouveau la capitale thaïlandaise, alors que jusqu'à présent les manifestations de l'opposition Démocrate étaient restées pacifiques.

Cet article est réservé aux abonnés, pour en profiter abonnez-vous.


Bonjour, la lecture de cet article est réservé à nos lecteurs ayant souscrit un Abonnement Zen 1 An


Découvrez notre offre d' Abonnement